• Français
  • English

À l'heure où...

... le président de la République expose à la Sorbonne une série de propositions pour élaborer une feuille de route pour l’Union européenne, retrouvez une sélection d'articles permettant d'éclairer les relations de la France avec le projet européen.
Signature du traité instituant la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier) dans le Salon de l'Horloge (Quai d'Orsay) où Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères, tient le traité. 1951. © Commission européenne.
Auteur-e-s

Le projet économique européen est fondateur des premières communautés européennes avec six États du Nord-Ouest de l’Europe. L’Union douanière européenne coïncide avec la période des Trente Glorieuses, et connaît de nombreux succès, jusqu’à la « crise de l’énergie » au début des années 1970. Après la fin de la guerre froide, le traité de Maastricht propose une nouvelle donne pour l’Europe avec la création de l’Union économique et monétaire (UEM), et d’une Union européenne, forte de 25 États dès mai 2004. Les premières années du xxie siècle sont marquées par de nombreuses turbulences qui rendent plus difficile la réussite du projet économique initial de l’Union européenne.

Carte des pays membres de l'UE et de l'OTAN. Bleu, membres de l'UE seulement. Orange, membres de l'OTAN seulement. Violet, membre de l'UE et de l'OTAN.
Auteur-e-s

L’Alliance atlantique a été, de 1949 à 1989, la pièce centrale de la sécurité en Europe. La France y a joué son rôle, puis sa partition. Depuis la fin de la guerre froide, entre la défense européenne par les Européens qui semble improbable, et la défense de l’Europe par l’OTAN qui semble l’emporter la France tente de maintenir une forme d’indépendance nationale, d’autonomie stratégique, de contacts privilégiés, en particulier avec les Britanniques. L’Europe de la défense à base de coopérations renforcées et de mutualisations véritables se heurte toujours à des choix nationaux dont la France n’a pas la seule responsabilité.

Passeport du Royaume Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord.
Auteur-e-s

La participation des peuples à la construction européenne a toujours posé question à partir des années 1970, lorsque les États membres souhaitent relancer le processus d’unification politique. L’élection du Parlement européen au suffrage universel est un premier pas.  L’Europe des citoyens, initiée en 1975 et relancée en 1985, doit permettre de rapprocher les peuples de la Communauté, mais reste symbolique et sans grande portée pratique. Les États attendent le traité de Maastricht pour mettre en place une véritable citoyenneté européenne dans le cadre de l’Union politique. Citoyenneté seconde limitée à quelques droits, sa portée reste limitée et son efficacité politique discutable.

Le Président Charles de Gaulle rencontre le Chancellier allemand Konrad Adenaeur à l'aéroport de Cologne à la descente d'un avion Air France
Auteur-e-s

Le général De Gaulle conçoit l’Europe comme une construction géographique et historique incontournable. De la Seconde Guerre mondiale à son départ du pouvoir en 1969, il souhaite que les États qui la composent s’associent et coopèrent étroitement car il voit en elle un démultiplicateur de leur puissance, en particulier pour la France. Cependant, il se montre hostile aux pertes de souveraineté, possible prélude à une vassalisation américaine.

Strasbourg, Cour européenne des droits de l'Homme
Auteur-e-s

Depuis ses débuts en 1948, la construction européenne s’est traduite par le rôle central des politiques publiques, en particulier dans le domaine économique mais aussi dans le domaine des droits de l’homme. Elles s’imposent face à un espace public européen embryonnaire et à une société européenne aux contours mal définis. Toutefois, si les politiques publiques ont un rôle central, elles ne sont pas univoques. La crise de la zone euro démontre l’acuité des tensions dans leur mise en œuvre.

Piazza del Sole, Posta, Stazione (Bellinzona)
Auteur-e-s

Considéré comme indispensable dans le processus de la construction européenne, l’existence et les caractéristiques d’un espace public européen font l’objet d’un débat qui remonte aux années 1950. Formulé à partir du concept habermassien de Öffentlichkeit (espace public), l’espace public européen est considéré tour à tour comme ayant toujours existé, comme étant en cours de formation ou comme impossible à réaliser. Il se révèle donc un concept mouvant et en proie à un processus de redéfinition permanent.

S'abonner à EHNE RSS