Annick PETERS-CUSTOT

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Paris (Ulm), agrégée d’histoire et docteure de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Annick Peters-Custot est professeure d’histoire du Moyen Âge à l’université de Nantes depuis 2014. Elle est spécialiste de l’Italie méridionale byzantine, normande et souabe (ixe-xiiie s.), du monachisme italo-grec et des contacts entre l’Occident latin et le monde byzantin entre le viiie et le xve siècle. Elle coordonne le programme Imperialiter (École française de Rome/Casa de Velázquez/CRHIA/Collège de France) qui étudie l’impérialité des royaumes médiévaux et modernes : https://www.efrome.it/imperialiter.html. Elle a publié notamment : Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine. Une acculturation en douceur (ixe-xive siècles), Rome, Collection de l’École française de Rome, 420, 2009 ; Bruno en Calabre. Histoire d’une fondation monastique dans l’Italie normande : S. Maria de Turri et S. Stefano del Bosco, Rome, Collection de l’École française de Rome, 489, 2014.

Elle a dirigé la publication, avec Jean-Marie Martin et Vivien Prigent, des quatre volumes de L’héritage byzantin en Italie, viiie-xiie siècles (2011-2017 : Collection de l’École française de Rome 449, 461, 510 et 531).

Dernièrement, elle a édité, avec Olivier Delouis et Maria Mossakowska-Gaubert : Les mobilités monastiques en Orient et en Occident, de l’Antiquité tardive au Moyen Âge (ive-xve siècles), Rome, Collection de l’École française de Rome, 558, 2019.

Et doit paraître en 2020, avec Camille Rouxpetel et Bernadette Cabouret, aux éditions du Cerf (co-édition MOM-Lyon) : La réception des Pères grecs dans l’Italie médiévale.