Algérie - exploitation viticole

Algérie - exploitation viticole

Cette photographie a été prise dans les vignes algériennes. La viticulture en Algérie remonte à l'Antiquité, au moment de la colonisation romaine. A l'époque de la colonisation française, la surface des cultures viticoles atteint 396 000 hectares pour une production annuelle pouvant aller jusqu'à 18 millions d'hectolitres. L'Algérie est aujourd'hui le deuxième producteur de vin en Afrique derrière l'Afrique du Sud. En 1841, le maréchal Bugeaud charge la Société des agriculteurs d'Algérie de développer un vignoble. Les débuts furent lents mais progressivement, des vignes furent plantées dans tout le pays. Lorsque le phylloxéra ravage les vignes d'Europe en 1875, l'Algérie est considérée comme un pays privilégié pour la viticulture. Le véritable tournant eu lieu en 1880 avec la venue de viticulteurs de l'Hérault, de l'Aude et du Gard installés dans les plaines du Tell et les coteaux du littoral. L'économie se transforma et le vin devint le premier revenu du pays, avant la surproduction du XXème siècle et les lois promulguées en métropole pour éviter la concurrence avec les vins produits en France.