Athènes - Temple d’Athéna Nikè

Athènes - Temple d’Athéna Nikè

Sur l’Acropole d’Athènes, au sud-ouest des Propylées qui en marquent l’entrée, le temple d’Athéna Nikè remonte au Ve siècle avant Jésus-Christ. Comme l’indique la légende portée sur la plaque de verre, cet édifice de petites dimensions abritait une statue de la Victoire (Nikè) aptère, c’est-à-dire sans ailes.
Le cliché en montre la façade est où, au-dessus des trois marches de la crèpis, quatre colonnes ioniques précèdent la cella. Cet ensemble ne remonte toutefois pas directement à l’Antiquité car, l’édifice ayant été démoli et ses pierres ayant été réemployées, les fragments en furent rassemblés et le temple fut une première fois reconstitué en 1835-1836 par Ludwig Ross, Eduard Schaubert et Christian Hansen. C’est cet état que montre la photographie, antérieure à une nouvelle restauration entreprise à partir de 1935 par Nikolaos Balanos puis Anastasios Orlandos. Une nouvelle déconstruction puis reconstruction, ou anastylose, a été entreprise entre 2001 et 2010.
Le cliché montre par ailleurs que ce temple servait de dépôt lapidaire pour des éléments sculptés : la présence de ces œuvres, que l’on distingue contre le mur, explique les grilles fermant l’entrée et, peut-être, la présence d’un gardien portant la traditionnelle fustanelle, ou jupe blanche plissée. Enfin, le photographe s’étant placé plus en hauteur au sud-est, il a saisi à l’arrière-plan le paysage s’étendant à l’ouest. Encore totalement rural, celui-ci contraste avec la situation actuelle car, si les pentes ont été préservées, les terrains en contrebas sont aujourd’hui largement urbanisés.