Avenue de palmistes près de la Capesterre - Guadeloupe

Avenue de palmistes près de la Capesterre - Guadeloupe

Ce cliché représente l'allée des palmistes (c'est-à-dire de palmiers cultivés pour la production d'huile), près de Capesterre-Belle-Eau, une commune de Guadeloupe. Aujourd'hui connue sous le nom d'allée Dumanoir, elle est céèbre pour ses palmiers royaux qui la bordent. Capesterre-Belle-Eau se situe au sud-est de la Basse-Terre. C'est en 1644 que Charles Houël du Petit-Pré, gouverneur de la Guadeloupe (1643-1664) et fondateur de Basse-Terre en 1649) impulse la naissance du bourg de Capesterre. Il développe ses alentours par l'introduction de la canne à sucre et l'édification du premier moulin. Vers 1654, des Hollandais juifs et protestants s'installent à Capesterre et valorisent son territoire par le défrichement du Carbet, de Bois-Riant, de Carengaise, de Changy et de Sainte-Marie. Le 4 juin 1976, Capesterre-de-Guadeloupe devient Capesterre-Belle-Eau. Son nom provient d'une expression de la marine du XVIIe siècle : cab-est-terre, qui désigne une terre exposée au vent de l'est ; l'abondance des cascades, des rivières et des plans d'eau lui vaut par ailleurs l'adjonction du complémentBelle Eau. En créole, on l'appelle familièrement "Capesté pa ni dlo" (Capesterre sans eau) pour signifier le fait que l'eau coule à flots dans les rivières, mais pas dans les robinets, en raison de la vétusté du réseau. Aujourd'hui, cette allée de palmistes