Bayeux - Intérieur de la cathédrale

Internationalement connue pour sa « tapisserie » narrant la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant, la cathédrale de Bayeux est, comme souvent, composée d’un ensemble d’éléments construits au cours de campagnes différentes. Les rouleaux extérieurs des grandes arcades visibles de chaque côté au premier plan et les pans de murs situés immédiatement au-dessus datent ainsi du xiie siècle. Ces morceaux romans de la nef se signalent surtout par le riche décor sculpté qui couvre les écoinçons, dont la photographie ne permet toutefois pas d’appréhender le détail. Après un incendie survenu en 1160, de nouveaux travaux furent réalisés dans cette partie occidentale de la cathédrale, dont les grandes arcades furent alors remaniées. On s’occupa ensuite du chœur, qui fut entièrement reconstruit dans le second quart du xiiie siècle : le cliché montre avec précision ses trois niveaux, où se superposent grandes arcades en arc brisé, tribune et fenêtres hautes précédées par une coursière. Enfin, au milieu du xiiie siècle, on remplaça les parties supérieures de la nef, dont les grandes arcades romanes furent dès lors simplement surmontées par des fenêtres hautes, dont la photographie suggère le caractère très élancé.
Outre l’architecture, ce cliché intérieur permet d’apercevoir quelques aspects de l’aménagement de la cathédrale. On distingue ainsi dans le chœur l’imposant maître-autel ainsi que, de part et d’autre, les dosserets des hautes chaires des chanoines. Enfin, sur la gauche, s’impose la chaire ajoutée en 1786 et dont l’abat-voix, en plâtre peint et doré, est surmonté par l’image de la Religion posant sa croix sur le globe terrestre.