Biarritz, l’arche, le pont et le sémaphore vus depuis le rocher de la Vierge

Biarritz, l’arche, le pont et le sémaphore vus depuis le rocher de la Vierge

Si cette photographie est légendée « Biarritz, rocher de la Vierge », cette éminence portant une statue de la Vierge n’y apparaît en fait pas. Le photographe a même tourné le dos à ce rocher qu’illustre un autre cliché du fonds Colbert et a choisi de montrer ce que voit le visiteur au moment où il s’apprête à retourner vers le rivage. Sur la gauche, se détache donc l’arche naturelle qui rejoint la côte, tandis que, sur la droite, apparaît dans une perspective resserrée la passerelle qui permet de rejoindre le rocher. Posée en 1887, cette construction métallique a remplacé une première structure en bois voulue par Napoléon III. L’empereur, qui y fit construire en 1855 la villa Eugénie, joua en effet un rôle déterminant dans le développement de Biarritz, et avait souhaité faire aménager au-delà du rocher un port de refuge. À l’arrière-plan, au-delà de l’esplanade de la Vierge, ce cliché pris avant la construction de l’aquarium, ouvert en 1933, montre enfin clairement l’ancien sémaphore, qui apparaît surmonté d’un haut mât utilisé pour transmettre des messages aux navires.