Cavalier turcoman et yourtes

Cavalier turcoman et yourtes

« Turcoman » désigne dans les écrits du xixe siècle et du début du xxe siècle les populations nomades vivant à l’Est de la mer Caspienne, dans les actuels Turkménistan, Kazakhstan, Ouzbékistan et Kirghizistan ainsi qu’au Nord-Est de l’Iran. Le catalogue de l’éditeur Radiguet et Massiot permet de situer plus précisément la prise de cette photographie en « Turcomanie persane », c’est-à-dire vers le Nord-Est de l’actuelle Iran.
Cette photographie rassemble plusieurs des éléments visuels les plus communément associés aux populations turcomanes à la fin du xixe siècle. Les Turcomans étaient alors réputés pour leur aptitude exceptionnelle en équitation et le terme « turcoman » a par ailleurs également servi à désigner une race de chevaux. Le cavalier visible ici porte des vêtements amples et surtout un imposant bonnet d’astrakan : l’astrakan est une race ovine d’Asie centrale élevée par les populations nomades et dont la fourrure est particulièrement réputée. Les yourtes visibles à l’arrière-plan, aux parois couvertes de nattes, sont caractéristiques des populations nomades vivant à l’Est de la mer Caspienne.
A la fin du xixe siècle, les peuples dits « turcomans » était généralement mal perçus en Occident, souvent décrits comme des pillards ayant un goût prononcé pour la cruauté et pratiquant l’esclavage. C’est ce type de description que donne Thomas Mayne Reid dans Les peuples étranges, ouvrage très régulièrement réédité à la fin du xixe siècle dans lequel un chapitre entier est consacré aux Turcomans.