Château d'Heidelberg, vu de Molkenkur

Château d'Heidelberg, vu de Molkenkur

Sur la rive sud du Neckar, Molkenkur surplombe largement le château d’Heidelberg, établi à mi-pente. Le cliché pris depuis cet intéressant point de vue permet donc d’embrasser non seulement la totalité de ce grand édifice, mais également son environnement. Il met ainsi en évidence la position privilégié de ce complexe qui, installé sur un plateau entouré au nord et à l’ouest par de fortes pentes, se dresse en conséquence non loin de la rivière, face à la montagne qui occupe l’autre rive. On devine enfin, sur la gauche, le début de la ville qui s’est étendue en contrebas.
Si des vestiges du xiiie siècle y ont été retrouvés, il ne subsiste que bien peu de choses des plus anciens aménagements de ce château d’abord conçu pour contrôler le Neckar. Il connut en effet ses heures les plus glorieuses entre le xve siècle et le xviie, époque à laquelle il s’affirma comme la principale résidence des Electeurs palatins. Dans les toutes premières années du xve siècle, l’Electeur Robert III fit ainsi bâtir au sud-ouest un grand logis qui porte son nom. Cette entreprise fut suivie par un ensemble d’autres grandes constructions ajoutées par certains de ses successeurs. Cette prestigieuse résidence fut toutefois saccagée par les armées françaises en 1689 et en 1693, au cours de la guerre de la Ligue d'Augsbourg, et n’a depuis été jamais relevée. Le cliché permet ainsi de voir que la plupart des bâtiments sont dépourvus de toits et de planchers et que n’en subsistent plus que les façades, en plus ou moins bon état.