Istanbul, cimetière d’Eyüp

Istanbul, cimetière d’Eyüp

Sur la rive occidentale du Bosphore, à l’ouest de la Corne d’Or, le cimetière d’Eyüp tient son nom d'Abū Ayyūb al-Anṣārī, compagnon d’arme et porte drapeau du prophète Mahomet. Celui-ci fut en effet tué vers 674 au cours d’une campagne menée contre l’empire byzantin et fut inhumé à cet emplacement. Connue des habitants de Byzance, sa tombe resta en place jusqu’à la chute de la ville en 1453. Les Ottomans firent alors de ce lieu un site privilégié. Le sultan Mehmet II fit bâtir un mausolée (türbe) sur la tombe d'Abū Ayyūb al-Anṣārī ainsi qu’une mosquée et de nombreuses personnalités souhaitèrent être à leur tour enterrés à proximité. Le cimetière s’étendit ainsi jusque sur les rives de la Corne d’Or et sur les collines qui la surmonte.
La topographie du lieu est parfaitement illustrée par le cliché qui, sans montrer la pente qui suit le sommet où s’est placé le photographe, permet d’appréhender l’important dénivelé jusqu’à la Corne d’Or qui s’étend en contrebas. Au premier plan, différents ensembles de plaques illustrent par ailleurs les très nombreuses tombes qui parsèment le cimetière. Enfin, à l’arrière-plan, sa couleur blanche contrastant avec le sombre de la végétation met en valeur la mosquée, dont on distingue facilement le dôme et les minarets. La photographie présente ainsi les différents aspects de ce haut lieu de l’islam et de l’empire ottoman.