Kobé, la rade

Kobé, la rade

Ouvert au commerce international à la fin des années 1860, le port de Kobe connut un rapide développement qui lui permit de dépasser au début du xxe siècle celui de Yokohama par le volume des marchandises échangées avec l’étranger. Les passages y étaient également nombreux et, en 1909, il vit ainsi passer 232812 voyageurs, parmi lesquels 2476 Chinois, 1493 Britanniques, 1090 Américains, 320 Allemands, 308 Russes et 146 Français. Kobe était en effet relié à des ports du monde entier par des lignes maritimes aux cadences régulières. Parmi les cinq compagnies qui assuraient des dessertes entre ce port et des villes européennes, les Messages Maritimes proposaient ainsi une liaison avec Marseille et, parmi les 15327 entrées comptabilisées la même année dans le port, 64 correspondirent à des vapeurs français. En 1909 toujours, furent comptabilisés 1549 passages de bateaux japonais se livrant au commerce international, dont seulement deux étaient à voile.
Le cliché rend compte de ces importants échanges en montrant au milieu du port plusieurs gros navires à vapeur. Autour apparaissent de nombreux petits bateaux à voile, dont certains servaient à assurer le transfert des marchandises. Le port de Kobe ne se dota en effet que progressivement dans les premières décennies du xxe siècle de quais capables d’accueillir les navires qui le fréquentaient.