Istanbul, le Bosphore vu des environs depuis les hauteurs du Rumeli Hisarı

Istanbul, le Bosphore vu des environs depuis les hauteurs du Rumeli Hisarı

Voulue en 324 par l’empereur Constantin, Constantinople fut établie à un emplacement stratégique, sur la rive occidentale du Bosphore, qui lui assurait un débouché rapide sur la mer Noire au nord et, au sud, sur la mer de Marmara et par là sur la Méditerranée. Lorsque, douze siècles plus tard, le sultan Mehmed II s’attacha dès son arrivée au pouvoir en 1451 à s’emparer de cette ville, il commença donc par mettre en place un blocus en contrôlant le détroit. Pour ce faire, il fit édifier en 1452 une forteresse dite Rumeli Hisari qui, établie sur le bord occidental du Bosphore au point où celui-ci est le plus étroit, vint répondre à celle dite Anadolu Hisarı qui se dressait déjà sur l’autre rive, du côté asiatique. Associés, ces deux points forts formaient un verrou permettant d’interdire le passage à d’éventuels secours.
S’adaptant au site, ce château a un plan irrégulier mais présente à l’ouest une face relativement rectiligne et encadrée par deux grandes tours. C’est l’une d’entre elles qui apparaît sur la droite du cliché, où l’on remarque une grande construction circulaire en pierre, alors en partie recouverte d’une couche blanche. La photographie ne permet pas de détailler le reste des fortifications, dont on ne devine que le départ sur le côté. Elle permet en revanche d’apprécier l’intérêt du site, qui domine le Bosphore. Elle a enfin par ailleurs l’intérêt de montrer son environnement à une époque où ce secteur n’était pas encore très densément bâti, un cliché comparable étant aujourd’hui rendu impossible par les nombreuses constructions.