Mont-Saint-Michel. Le réfectoire

Mont-Saint-Michel. Le réfectoire

Espace majeur au sein de la Merveille du Mont-Saint-Michel, le réfectoire en occupe le dernier niveau du côté est. Le cliché montre les dispositions générales de cet espace unitaire que couvre une charpente lambrissée. Outre qu’il a entraîné un contre-jour autour des deux lancettes percées dans le mur-pignon du fond, le cadrage frontal adopté ne dévoile en revanche pas ce qui fait l’une des principales qualités de cette pièce : son délicat éclairage, dont la source est de prime abord invisible. En entrant dans le réfectoire par la porte principale où s’est placé le photographe, les murs latéraux semblent en effet uniquement animés par une succession de niches, et il faut s’avancer à l’intérieur pour découvrir qu’il s’agit de cinquante-neuf fenêtres.
Divisée en hauteur au xviie siècle par deux planchers, cette vaste pièce bénéficia d’une forte restauration à partir de 1882 afin de lui rendre son aspect premier. Entamés par l’architecte Édouard Corroyer, les travaux furent terminés après 1888 par son successeur Victor Petitgrand, peu de temps sans doute avant la prise de cette photographie.