Macao, temple A-Ma

Macao, temple A-Ma

La tradition veut que l’origine étymologique du nom de la ville de Macao (désignée en 1555 par le Portugais Fernão Mendes Pinto comme « Amaquao ») soit « la baie d’A-Ma ». Qu’elle soit fondée ou non, cette explication atteste en tout cas l’importance du temple A-Ma, dont le cliché montre la porte d’entrée. S’il n’est pas établi que ce complexe ait déjà existé lors de l’arrivée des premiers Européens, il connut en tout cas un net développement et fut doté au cours des siècles d’un ensemble de nouvelles constructions. L’eunuque impérial Lei Fang y fit ainsi élever un pavillon au début du xviie siècle.
Le temple est principalement dédié à Guan-Yin, protectrice des pêcheurs, mais abrite également d’autres cultes. Associant aux croyances populaires le bouddhisme, le confucianisme et le taoïsme, il illustre ainsi la richesse de la culture chinoise au sein d’une ville sous domination portugaise.