Maisons kabyles

Maisons kabyles

Cette photographie a été prise dans un village de Kabylie. La topographie accidentée, le paysage et les maisons sont caractéristiques de cette région montagneuse du nord de l'Algérie. L'angle de la prise de vue permet d'apercevoir des montagnes en arrière-plan, peut-être les Hauts Plateaux qui encadrent la Kabylie au sud. Le village kabyle (taddart) est généralement situé sur une crête ou un plateau élevé. Il est composé de ruelles et de maisons, d'une fontaine, d'une mosquée et d'un lieu d'assemblée (tajmaat). Les maisons sont étroitement regroupées et semblent former un bloc unique, d'où la présence de cours intérieures, appelées oufrag qui ouvrent sur la rue par un porche, l'asquif (aucune maison ne donne directement sur la rue). L'ancienne maison paysanne kabyle s'appelle l'axxam et elle est composée d'une pièce unique, de forme rectangulaire où cohabitent les hommes et le bétail. Les murs porteurs étaient faits soit de pierres liées par du mortier de terre, soit de pisé avec un coffrage en bois. La couverture de la charpente était généralement faite de roseaux ou de branches d'oliviers. La maison est divisée en trois espaces avec des fonctions économiques bien distinctes : l'étable (addaynin) pour le bétail, le cellier à provisions (takanna) et la pièce commune avec le métier à tisser pour l'artisanat, strictement dévolu aux femmes. Sur cette photographie, les habitants semblent amusés par la présence du photographe, qu'ils regardent en souriant.