Marseille, les navires en charge

Marseille, les navires en charge

À la différence de l’autre photographie du fonds Colbert représentant le même site, ce cliché dédié au port de la Joliette à Marseille y montre de multiples grands bateaux à vapeur. Le port de Marseille a en effet tôt attiré de nombreux navires de ce type et comptait ainsi en 1880 plus de la moitié de ceux rattachés à des ports français. Cette puissance était liée au développement de grandes sociétés d’armement, qui lancèrent de nouvelles routes maritimes depuis la cité phocéenne.
Si, s’ajoutant à la dépression générale, la chute des prix du fret et le coût encore élevé du transport terrestre depuis Marseille entraînèrent dans les années 1880 un certain déclin de ce port dans le concert international, ses quais continuèrent par la suite à constituer un important localisation de transit pour les matières premières provenant du monde entier. Leur transfert hors des bateaux et leur stockage en étaient assurés à la Joliette par la Compagnie des Docks et Entrepôts, fondée en 1856 et à laquelle avait été concédé un monopole de quatre-vingt-dix-neuf ans.