Pavie – Détail de la façade de la Chartreuse

Pavie – Détail de la façade de la Chartreuse

Vue de la partie septentrionale de la façade de la chartreuse de Pavie datant du début du xve siècle. Le cliché photographique, avec son cadre serré, s’attache uniquement au décor exubérant et polychrome, au foisonnement des sculptures et à la richesse des ornements de cette église, considéré alors comme l’un des plus beaux exemples du gothique tardif italien.

Que dire ici, en peu de mots, de ce prodigieux épanouissement, de tant de merveilles que le génie de la Renaissance italienne, au xve siècle, a prodiguées dans la décoration de l’édifice […]. L’église, avec les ciselures de sa façade, les richesses de son chœur et ses cloîtres, œuvre prodigieuse, où l’art de la terre cuite, dans la décoration des arcades, semble avoir atteint son dernier effort, n’est plus aujourd’hui qu’un vaste musée confié par l’État à la garde de quelques religieux. (Laurière, 1879)

Le choix du cadrage permet de réaliser cette analyse formelle relativement précise : la base est ornée d’une frise de médaillons à l’antique, figurant de grands personnages historiques (condottieres et autre figures gouvernantes). Au dessus, l’orthostate est entièrement recouvert de reliefs séparés par un minuscule ordre de pilastres avec rinceaux. Ces reliefs illustrent des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, et alternent avec des représentations de prophètes et de saints, en rapport avec les scènes historiées. De toute la façade, le premier niveau de baies est le plus ornée : les trumeaux, les piliers,  les chambranles des baies, etc., sont entièrement couverts de décors sculptés, stuqués,  parés d’incrustations de pierres semi-précieuses et de panneaux de marbres polychromes. Dans des niches ornées de conques, des saints, des apôtres et des martyres sont installés sur des corbeilles de chapiteaux, des décors formels de rinceaux, ou des phénix en acrotère viennent encore enrichir l’opulence des décors de l’abbatial. Sur le dernier niveau, des moines, des évêques sont figurés en médaillon et en pied ; tout ce niveau, le plus élevé, est en quelque sorte dédié à l’autoreprésentation et illustre l’importance de cette chartreuse.