Jeunes musiciennes japonaises

Jeunes musiciennes japonaises

Cette scène représente deux jeunes musiciennes, une joueuse de shamisen à gauche et une joueuse de koto à droite. Comme la plaque n° M-21906 intitulée «

Palanquin japonais », cette scène faussement documentaire fut réalisée en atelier en vue d’être fournies aux marchands des ports de commerce japonais. Il s’agit d’un support visuel censé rendre l’exotisme du Japon à l’attention de clients qui n’en connaissaient que les stéréotypes et ne possédaient généralement pas les autorisations pour visiter l’intérieur du pays. Les jeunes musiciennes, danseuses, actrices furent des sujets de choix pour Felice Beato, Stillfried, Kimbei et leurs suiveurs. Les scènes répondaient en effet parfaitement au désir d’exotisme des clients, et correspondaient parfaitement à l’imaginaire des geishas que les estampes japonaises avaient déjà véhiculé dans le monde occidental.

Par l’acquisition, puis la reproduction sous forme de plaque de verre, et la projection dans des cours et conférences, il est certain que cette vue de Kimbei, conçue tout d’abord pour divertir les  touristes, fut utilisée comme une vision authentique, captée du Japon, et fut par conséquent considérée comme un support de connaissance.