Pont-Aven - les bords de l'Aven

Pont-Aven - les bords de l'Aven

Comme son nom l’indique, Pont-Aven s’est constitué autour d’un pont permettant de franchir le fleuve Aven, qui coule vers le sud pour aller se jeter dans l’océan Atlantique. Cette photographie ne montre toutefois ni ce pont historique, ni même le cours de l’Aven, dont on devine seulement la présence à mi-hauteur de l’image par le repli du terrain, les rochers alignés sur le bord, la barque échouée sur une rive et le mât qui indique en face la présence d’une autre embarcation. On aperçoit également au second plan les garde-corps d’une passerelle en béton armé posée en 1907, date après laquelle ce cliché a donc nécessairement été pris.
La plus grande partie en est occupée par le sol de la rive droite, actuel quai Théodore-Botrel, que l’on suit jusqu’au moulin du Grand Poulguin, visible à l’extrémité gauche. Un homme en habits traditionnels y marche, tandis qu’au loin deux femmes en robes noires et coiffes se tiennent l’une près de l’autre. Sur la droite s’étendent en outre les pentes de la colline Saint-Guénolé, sur lesquelles est dressé un grand calvaire. Difficile à détailler, mais néanmoins bien visible en raison du contraste entre sa blancheur et la végétation sombre devant laquelle il se détache, ce monument est placé exactement au centre de la largeur de la photographie et aux deux tiers de sa hauteur. Cette position privilégiée résulte sans doute d’une volonté délibérée du photographe qui, plus que de représenter un détail ou un aspect particulier, a cherché ici à saisir une ambiance.