Source de la Seine (ensemble)

Source de la Seine (ensemble)

Avant de s’étendre sur près de sept cent quatre-vingt kilomètres et de passer notamment par Troyes, Paris et Rouen puis de se jeter dans la Manche au Havre, le grand fleuve qu’est la Seine prend naissance dans la commune qui porte aujourd’hui le nom de Source-Seine, en Côte-d’Or. Le site était déjà célèbre aux époques gauloise et gallo-romaine, un sanctuaire y ayant alors été établi en l’honneur de la déesse Sequana, une personnification du fleuve.
Des découvertes fortuites ayant tôt permis de présumer l’existence de vestiges antiques, des fouilles y furent conduites pour la première fois entre 1836 et 1842 sous la direction d’Henri Baudot. Ces recherches permirent de dégager un ensemble de constructions attestant l’importance du site. La ville de Paris se décida en conséquence en 1864 à s’en porter acquéreur et y fit aménager trois ans plus tard une grotte artificielle. C’est ce nymphée qu’illustre la photographie, qui montre, derrière la grille qui la protégea, la source proprement dite. Si l’on y devine plutôt que l’on y voit l’eau qui s’étend dans ce petit bassin, le cliché montre clairement la sculpture d’une nymphe symbolisant la Seine qui fut commandée au sculpteur François Jouffroy, et qui a depuis été remplacée par une copie.
Un an après l’aménagement de cette grotte artificielle, en 1868, le conseil municipal de la commune, alors nommée Saint-Germain-la-Feuille, demanda à ce qu’elle soit rebaptisée Saint-Germain-Source-Seine, ce qui fut accordé en 1875. De nouvelles fouilles ont depuis été entreprises, d’abord à partir de 1932, puis dans les années 1940 et 1950, et enfin dans les années 1960, ce qui a permis de découvrir de très importantes sculptures en bois.

Autre plaque du fonds Colbert en lien : Source de la Seine - détails de la statue