Troyes - Façade de la cathédrale

Troyes - Façade de la cathédrale

Entreprise vers 1200 à l’initiative de l’évêque Garnier de Traînel, la reconstruction de la cathédrale de Troyes s’étendit sur quatre siècles. Le chantier ayant, comme souvent, d’abord porté sur les parties orientales de l’édifice, on ne travailla à la nef que dans la seconde moitié du xiiie siècle. L’effondrement des voûtes du vaisseau central en 1389 fut toutefois suivi par un arrêt du chantier, qui ne fut relancé qu’en 1451. C’est donc seulement vers 1500 que l’on put commencer à élever la façade occidentale, dont la construction fut rendue complexe par la présence d’une vieille tour romane que l’on ne pouvait détruire sans mettre en péril ce que l’on venait de terminer. Le chapitre décida en conséquence de faire appel au célèbre maître maçon Martin Chambiges, qui fut bientôt épaulé puis, après sa mort, remplacé par son fils Pierre Chambiges.
Alors également en charge du chantier de la cathédrale de Beauvais, Martin Chambiges trouva une solution permettant de terminer celle de Troyes, où il conçut une façade encadrée par deux tours. Les fondations en furent creusées en 1506 mais la construction en fut longue. En 1527, on posa les garde-corps qui surmontent les portails et le niveau de la rose ne fut achevé qu’une décennie plus tard. On travailla au milieu du xvie siècle aux parties hautes de la tour nord, mais celle du sud ne fut jamais achevée. Celle qui fut terminée le fut en outre selon un nouveau dessin, avec des formes bien différentes de celles adoptées par Martin Chambiges.
Cette distinction peut expliquer le choix du photographe, qui a décidé de ne pas donner à voir l’ensemble de la façade, mais d’en privilégier les parties basses. Tout en s’abstenant de montrer les formes issues de la Renaissance qui s’imposent au sommet de la tour, il a donc préféré permettre de détailler la riche composition flamboyante proposée par les Chambiges.