Vue générale d’Ermoúpoli sur l’île de Syros en Grèce

Vue générale d’Ermoúpoli sur l’île de Syros en Grèce

Au sud-est d’Athènes, à cinq heures de navigation, l’île de Syros fait partie de l’archipel des Cyclades. Fondée ex nihilo en 1821-1822 dans les années difficiles de la guerre d’Indépendance grecque, la ville d’Ermoúpoli, sur sa côte est, attira alors de nombreux réfugiés et comptait déjà plus de treize mille habitants en 1828. Elle connut par la suite un rapide développement économique, son port devenant un centre marchand de première importance. Elle fut toutefois progressivement distancée au cours du xixe siècle, sa population ne rivalisant plus par son nombre avec celles des grandes villes grecques et son port perdant sa primauté.
Ce n’est d’ailleurs pas aux activités économiques d’Ermoúpoli qu’est dédié ce cliché. Pris depuis les hauteurs de l’ouest et regardant vers l’est, il ne montre en effet pas le port, au sud-est. Si l’on aperçoit à l’extrême droite des cheminées industrielles, le cadrage ne met pas non plus en valeur cet aspect du panorama urbain. La photographie donne plus largement à voir l’inscription de la ville dans le paysage, sa juxtaposition avec les parcelles agricoles et sa position sur les pentes de l’île. Si la distance ne permet pas d’en saisir les détails, le cadrage met en outre en valeur l’église de la Résurrection du Sauveur, disposée sur l’un des sommets qui entourent l’agglomération et que le photographe a placé exactement au centre. Conçue par l’architecte de la ville Dimitris Eleftheriadis, elle fut élevée à partir de 1874 et, puisque l’on ne voit pas ses deux clochers, apparaît ici encore inachevée, le cliché devant donc être antérieur à son inauguration en 1908. Grecque orthodoxe, cette église rappelle enfin que les anciens habitants traditionnellement catholiques de l’île furent doublés par une population urbaine d’une autre confession.