guerre

Français
Le Passional Christi und Antichristi (Wittenberg, 1521) oppose des épisodes de la vie du Christ et le comportement du pape-antéchrist à travers de petits textes allemands de Luther, illustrés de gravures de Lucas Cranach. Ici, un verset de l’évangile de Jean évoque le couronnement d’épines. En face, le pape, utilise une pseudo-loi de Constantin pour se faire couronner comme un empereur avec la tiare et la pourpre.

L’imprimé joue un rôle central dans les conflits politico-religieux en Europe au xvie siècle. Les réformateurs protestants aussi bien que les défenseurs de l’Église catholique y voient un instrument efficace pour réveiller les consciences, instruire les populations et gagner leur soutien. La politisation des conflits religieux encourage la production et la diffusion de textes qui justifient les soulèvements contre les autorités, expliquent les actions de ces dernières et formulent des théories politiques. La campagne de publications organisée par de véritables spécialistes de l’écriture devient un élément indispensable pour toute mobilisation. Quoique les tirages soient encore relativement modestes par rapport à la masse de la population majoritairement analphabète, les imprimés exercent une influence importante car ils ciblent les élites dotées du pouvoir d’action et capables de servir de relais vers les formes orales de la diffusion de l’information.

Affiche de Victor Prouvé « Les préliminaires de la paix juste, glorieuse, durable », 1919.
Plaque commémorant la venue du président français Charles de Gaulle et du chancelier ouest-allemand Konrad Adenauer le 8 juillet 1962, apposée sur le parvis de la cathédrale de Reims la même année et dont une version en allemand a été inaugurée en 2012. Source : WIkimedia Commons https://goo.gl/6Wjfm8
Auteur-e-s: 

En 2012, l’Union européenne a reçu le Nobel de la paix pour sa contribution à la réconciliation : constitue-t-elle un espace d’expériences et de référence pour sortir de la guerre – mondiale, régionale ou civile – et vivre ensemble après les conflits ? Pour qualifier le temps de la fabrique de la paix, l’expression de « justice transitionnelle » s’est imposée depuis les années 1990, ouvrant un nouveau champ de recherche et d’expertise. Cette notion prend en compte d’une part, les instruments traditionnels de la justice comme les procès d’épuration et les réparations ; d’autre part, des instruments symboliques, tels que les demandes publiques d’excuses et de pardon ou les gestes de repentance, ainsi que les initiatives multiples de restauration de la confiance. Si la « réconciliation » est le but à atteindre, elle est plus encore le processus même de rapprochement, souvent dissymétrique et imparfait, engageant des acteurs divers à de multiples échelles. La question du rapport au passé y occupe une place centrale et controversée, à laquelle ont été apportées des réponses allant de l’amnésie à l’hypermnésie.

L’Église du Christ (calviniste) attaquée par le duc d’Albe, les cardinaux de Lorraine et de Granvelle, ainsi que le Diable, l’Antéchrist et ses troupes, des souverains, dont le (Grand) Turc, des soldats, des prélats et des moines, vers 1568, gravure anonyme flamande à l’eau forte, 28,4 x 44 cm.
Auteur-e-s: 

Tous les combats des guerres de religion se sont accompagnés d’influences, d’interventions et de collaborations étrangères. L’Allemagne de la première moitié du xvie et de la guerre de Trente Ans et la France dans la seconde moitié du xvie siècle, principaux champs de bataille entre confessions, sont des affrontements européens. Les solutions de compromis vouées à permettre la coexistence religieuse ou le refus de celles-ci s’inscrivent tout autant dans un débat à l’échelle de la chrétienté. Pour autant, la constitution de grands blocs opposés entre catholiques, luthériens ou calvinistes, voire une alliance internationale entre partisans de la concorde, sont largement demeurés à l’état de projets et de menaces fantasmées.

Valentin de Boulogne, Judith, huile sur toile, 97 x 74 cm, 1626-1628, Toulouse, Musée des Augustins.
Auteur-e-s: 

Entre la fin du Moyen Âge et les années 1650, les rapports qui fondent le corps politique sont de nature relationnelle : davantage que les formes d’expression de l’autorité, c’est le contrôle de la relation d’obéissance qui est au fondement de l’État. Toute la culture politique porte en elle des conceptions des relations d’obéissance et de désobéissance. Mais, dans un contexte troublé par les affrontements confessionnels, où il est envisageable de désobéir au roi pour mieux obéir à Dieu ou pour reconstruire un ordre social menacé, il importe d’expérimenter de nouvelles formes d’obéissance. De l’obéissance conditionnelle à l’obéissance absolue, de l’obéissance raisonnée à l’obéissance imposée, il s’agit toujours de répondre à une question : comment recréer dans l’obéissance du sujet politique au magistrat l’obéissance due par tout chrétien à Dieu ?

Agence Meurisse, Carte de la guerre sur les boulevards avec curieux la contemplant, photographie de presse, 1918. © Gallica.
Jean-Baptiste Verzy, L’empereur Napoléon dans son bivouac préparant par la pensée la victoire d’Austerlitz, gravure à l’aquatinte, 19,2 x 28 cm, circa 1810. Source : Gallica https://goo.gl/W5vRNi
Kriegsspiel, jeu de guerre conçu en 1812 par Georg Leopold von Reiswitz pour Friedrich Wilhelm III (Fondation des châteaux et jardins prussiens de Berlin-Brandebourg) https://goo.gl/uLmcwN
Auteur-e-s: 

La représentation des espaces de la guerre sous la forme de cartes a des origines très anciennes, mais c’est à l’époque moderne que cet outil commence à modifier la nature du combat et de sa préparation. Les États européens et leurs armées jouent un rôle déterminant dans cette évolution. La cartographie européenne est née en partie de la guerre à partir du xviie siècle, et la guerre s’en est trouvée à son tour transformée. De la planification de la bataille à sa célébration, les cartes jouent des rôles variés dans leur rapport à l’activité guerrière. Elles participent aussi à la redéfinir.

Véhicules blindés AMX-10P de la KFOR contrôlant le carrefour principal de Kosovska Mitrovica, Kosovo, 2006. © Pierre Esnault-Collection personnelle
Annonce de la signature de l’armistice de la Première Guerre mondiale à la Une du journal Le Matin, le 12 novembre 1918. Source: Cartable virtuel (7e photo de la galerie) https://goo.gl/5mV53H
Le Generalfeldmarschall Keitel signe la capitulation allemande à Berlin le 8 mai 1945. Source: archives.gov https://goo.gl/WtP9cz
Auteur-e-s: 

Armistices, capitulations et cessez-le-feu interrompent les combats selon des modalités différentes. Ils font taire les armes, mais maintiennent l’état de guerre qui ne prendra fin qu’avec le traité de paix. Le choix de négocier ou de se rendre dépend de la nature de la guerre qui a été menée, donc de ses buts et de la façon dont les combats ont été conduits, mais aussi des attentes de l’opinion. Au cours de la période contemporaine, les armistices sont devenus de plus en plus politiques : alors qu’au xixe siècle ils se contentaient de signaler l’arrêt des combats afin de préparer techniquement les pourparlers de paix, ils anticipent depuis la Grande Guerre sur les négociations de concessions territoriales ou matérielles. Les différentes façons de mettre fin aux hostilités finissent ainsi par se confondre. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la quasi-totalité des belligérants cessent les combats par capitulation, mais l’existence de l’arme nucléaire, en relativisant la notion de victoire, impose l’usage du cessez-le-feu durant la seconde moitié du xxe siècle.

Affiche d’Henri Dangon réalisée pour l’exposition L’art de guerre au salon des Armées du 22 décembre 1915 au 22 février 1916.
Auteur-e-s: 

De tous les artefacts engendrés par la Grande Guerre, les objets d’artisanat de tranchée sont probablement les plus curieux et les plus complexes. Au-delà de leur genèse technique, ces objets témoins posent des questions quant aux attentions et intentions dont ils font l’objet. Expression artistique d’une expérience personnelle faite au cours d’un événement européen majeur, les créations relevant de l’artisanat de tranchée se présentent sous des formes diverses qui font de cette pratique un objet anthropologique et archéologique passionnant à étudier.

« L’appel de l’Est ». Sous la direction de Rost van Tonningen, la Compagnie orientale néerlandaise encourage les Hollandais, et notamment les fermiers, à émigrer dans le but de coloniser et d’aryaniser l’Europe de l’Est. Affiche de propagande, 1942.

Il s’agit ici d’étudier la contribution hollandaise à l’exploitation et à la colonisation de l’Europe de l’Est par l’Allemagne (1939-1944). En effet, contrairement à d’autres pays « germaniques », la Hollande fournit un large soutien au programme de germanisation des nazis, ce qui ne s’explique qu’en partie par des convictions politiques communes aux deux pays. Aux yeux des Hollandais, la participation à ce projet représente une opportunité de résoudre leurs problèmes nationaux : l’Est occupé met des terres à la disposition de fermiers qui n’ont pas d’avenir dans leur pays natal densément peuplé, en même temps qu’il fait office de substitut aux Indes orientales néerlandaises perdues, restaurant ainsi la grandeur coloniale de la nation.

Affiche publiée au cours de la Seconde Guerre mondiale par le Centre d’information du gouvernement belge à New York (81 x 53 cm). BNF.
Auteur-e-s: 

Depuis le xixe siècle, les occupations militaires en Europe ont souvent suscité l’hostilité et l’opposition des populations occupées. Les raisons expliquant ces mouvements de résistance sont cependant variées et ceux-ci constituent eux-mêmes des phénomènes complexes. Il n’existe pas de définition unique de la « résistance » qui a pu adopter de nombreuses formes, de la lutte armée à la grève, des mouvements coordonnés à l’opposition spontanée. L’hostilité réservée à l’occupant est souvent motivée par des motifs idéologiques d’ordre religieux, nationaliste ou politique aussi bien que par les décisions imposées par les forces occupantes. Expliquer et définir ce phénomène peut-être inévitable et évaluer le succès qu’ont rencontré ces mouvements demeure une tâche aussi difficile que fascinante.

Anglais sous forme de pantin à construire, 1914. © Landesmuseum Stuttgart/Museum der Alltagskultur Schloss Waldenbuch, collection F. Schreiber, VK 1978/50-8156
Auteur-e-s: 

En essor depuis le xixe siècle, les jouets guerriers sont à la fois des objets culturels et des produits commerciaux. En temps de guerre, ils contribuent à la mobilisation des civils, en particulier des enfants et des jeunes. Longtemps produits de luxe, les jouets, tout comme les jeux, plus libres, façonnent l’imaginaire et constituent un exutoire symbolique. En temps de paix, ils sont les vecteurs d’un discours historique dont le potentiel pédagogique, surtout depuis l’émergence des jeux vidéo, est encore largement inexploité. Vecteurs d’une interprétation du passé guerrier, ils suscitent des critiques et des polémiques, soulèvent des enjeux mémoriels et représentent, de fait, un champ d’étude en friche.

Pages

S'abonner à RSS - guerre