Modernité(s) matérielle(s) : reflet d’une Europe en croissance

Réalisé à partir de l'article EHNE : 
Modernité(s) matérielle(s) : reflet d’une Europe en croissance
Mathieu FLONNEAU
Présentation : 

La pluralité des modernité(s) matérielle(s) oblige à déterminer les contours de la puissance européenne telle qu’elle s’est édifiée aux époques moderne et contemporaine. La domination mondiale des pays européens les plus avancés a suivi l’établissement d’un capitalisme en plein essor dont le but était l’intégration des marchés. Elle a fait des objets et des biens, depuis leur fabrication jusqu’à leur consommation en passant par leur mise en circulation, l’un des traits caractéristiques les plus évidents de la civilisation européenne.

Durablement associée à la notion de progrès, la positivité de ces modernités innovantes, dont le catalogage exhaustif est illusoire tant la démocratisation en a été réelle, a été d’une part relayée par une économie de la connaissance inouïe, et d’autre part associée à la formulation de nouvelles valeurs sociales et morales perçues comme libératrices.

À cet égard, à l’époque présente, une forme problématique d’ironie de l’histoire conduit à dévaloriser ces modernité(s) matérielle(s) largement diffusées et inventées par l’Europe afin d’en contester les apports, voire la légitimité.