Message d'erreur

Deprecated function : Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; mPDF has a deprecated constructor dans include_once() (ligne 38 dans /sites/ehneweb/www/web_dico/sites/all/modules/contrib/print/print_pdf/lib_handlers/print_pdf_mpdf/print_pdf_mpdf.module).

sexualité

Français
Groupe de prostituées au Tonkin dans les années 1950.
Prostituées dans l’Algérie coloniale.  Source : Christelle Taraud. https://goo.gl/FPuUGu
Auteur-e-s: 

À la suite de la phase de conquête coloniale engagée par les pays européens au xixe siècle, le contrôle de la prostitution se trouve au cœur des préoccupations des autorités. Il s’inscrit dans des relations de pouvoir de sexe, de race et de classe et constitue plus largement une tentative d’imposition de nouveaux modèles sexuels sur les femmes colonisées. Ce contrôle est cependant limité dans les faits, ce qui souligne l’incapacité des empires à réglementer la vie des populations colonisées dans ses moindres détails.

Illustration extraite de Léo Taxil, La prostitution contemporaine : étude d’une question sociale, Paris, Librairie populaire, 1884, et reprise par Régis Revenin dans Homosexualité et prostitution masculines à Paris : 1870-1918, Paris, L’Harmattan, 2005. 
Affiche du film Bundfald (« Le précipice », 1957, Palle Kjælurff-Schmitt et Robert Saaskin, 86 min), qui traite du problème de la manipulation et du chantage dans le monde de la prostitution homosexuelle. © Danish Film Institute. https://www.dfi.dk/en/viden-om-film/filmdatabasen/film/bundfald
Auteur-e-s: 

Attestée depuis l’Antiquité, la prostitution masculine connaît un vif essor au xixe siècle en Europe. Moins régulée que la prostitution féminine, elle joue un rôle important dans les pratiques et les imaginaires des relations homosexuelles (même si une prostitution masculine hétérosexuelle est aussi attestée). Elle est l’objet d’un discours souvent réprobateur de la part de médecins, policiers et juristes et de tentatives d’encadrement qui passent par différents outils législatifs selon les pays. Au cours du xxe siècle, la prostitution masculine subit une marginalisation dans les débats publics, à l’exception des enjeux de santé liés aux infections sexuellement transmissibles (IST). Elle se transforme plus récemment sous l’effet des nouvelles technologies d’information et de communication, qui diversifient les lieux et les interfaces entre clients et travailleurs du sexe.

Couverture de Paolo Mantegazza, La fisiologia del piacere (1880)
Auteur-e-s: 

Le mot sexology est attesté dès les années 1860 en langue anglaise, mais ne prend son sens moderne de science de la sexualité que dans les années 1900, d’abord en allemand (Sexualwissenschaft) et néerlandais (seksuologie), puis en français, espagnol (sexología), italien (sessuologia). Interdisciplinaire, cette science se nourrit d’abord de nombreuses spécialités médicales, mais aussi des sciences humaines et sociales et des mouvements militants. Elle a pour ambition de comprendre la sexualité humaine et son développement tout en distinguant le « normal » du pathologique. Elle traite aussi des questions liées à la reproduction et à la santé sexuelle. Plusieurs temps peuvent être esquissés. Le dernier tiers du xixe siècle est celui la « psychopathologie sexuelle ». Dans le sillage de la réforme sexuelle et de l’eugénisme, la sexologie connaît un nouveau tournant dans l’entre-deux-guerres. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, cette discipline se renouvelle, sous l’influence américaine, et entre dans quelques universités.

Cette carte postale française de 1907, intitulée Souvenir de Nanterre, couronnement de la rosière 1907, témoigne de la valorisation sociale de la virginité féminine.
Cette lithographie de Jean-Jacques Grandville, intitulée Voyage pour l’éternité et réalisée en 1830, insiste sur les angoisses face au risque syphilitique tout en témoignant du rôle des prostituées dans l’éducation sexuelle des jeunes hommes, souvent emmenés au bordel par leur père. Source : Wikimedia Commons https://goo.gl/4TyXjr
Auteur-e-s: 

Entre les xixe et xxie siècles, les significations sociales et symboliques accordées à la virginité sont profondément reconfigurées : recul de l’importance de la virginité féminine au mariage, déchristianisation de sa conception... Mais si elle a en partie perdu sa signification sociale, la perte de la virginité demeure, pour les hommes comme pour les femmes, un événement individuel et intime important, qui participe pleinement de la construction sociale des identités de genre.

« Queer Liberation, Not Rainbow Capitalism demonstration », Activistes queer lors de la LGBT Pride à Dublin, Irlande juillet 2016

Depuis le xvie siècle queer signifie « pervers » en anglais. Le terme s’est répandu aux États-Unis à la fin du xxe siècle, pour critiquer et tenter de rendre obsolète le binarisme des sexes (homme/femme) et des sexualités (homosexualité/hétérosexualité) au moyen d’une analyse de leurs diversités. Son émergence sur le continent européen remonte aux années 1990, et s’exprime alors tant sur un plan académique (par la publication des théories queer) qu’à travers l’émergence de mouvements militants qui se distinguent du mouvement lesbien, gai, bi et transgenre (LGBT) traditionnel. Le queer en Europe se traduit par la constitution de nombreuses organisations nationales, répondant au contexte de chaque pays notamment dans leurs liens avec le mouvement LGBT, mais aussi par une dynamique transnationale perceptible du point de vue des questionnements théoriques et de manifestations européennes communes.

Symbole transgenre
Auteur-e-s: 

Le terme transidentités, apparu en Allemagne au début du xxe siècle, renvoie à un ensemble de pratiques d’identification à un genre différent de celui assigné à la naissance. La définition des transidentités se situe à la croisée des discours médicaux, des prescriptions juridiques et des pratiques sociales. Les avancées médicales et chirurgicales depuis le premier tiers du xxe siècle rendent possible le changement de sexe ; selon les pays, celui-ci peut comporter une dimension thérapeutique et s’accompagner d’une modification de l’état civil. À partir de la décennie 1960, les transidentités deviennent plus visibles et à des rythmes différents selon le contexte politique national ; des mesures médicales et juridiques sont adoptées pour prendre en compte les demandes des « trans », souvent sous la pression des nouvelles normes internationales. Durant les années 1990, des associations voient le jour et s’européanisent pour dépsychiatriser la transidentité ; elles trouvent dans la Cour européenne des droits de l’homme une alliée pour faire évoluer les législations nationales.

Défilé de la Bund Deutscher Mädel (Ligue des jeunes filles allemandes branche féminine des jeunesses hitlériennes), 1941.
Auteur-e-s: 

Qu’elle soit divine, immanente ou physiologique, la Nature est l’argument majeur qui, dans la continuité des Lumières, permet à l’époque contemporaine de justifier, sans la questionner, la domination masculine et l’infériorisation des femmes. Un consensus européen hiérarchise ainsi les sexes en fonction de leur nature : fragiles physiquement et mentalement, sans cesse souffrantes de par leur « organisation », les femmes sont le « sexe faible », soumis naturellement et nécessairement aux hommes, le « sexe fort » auquel est réservée la sphère publique. Le domaine des femmes, de par leur corps, est le privé, la maternité, voire l’amour. Cette naturalisation, aux lourds effets sociaux et politiques, est d’une étonnante stabilité : malgré les progrès scientifiques et la lutte contre les discriminations sexuées, elle ne vacille que dans le second xxe siècle, tardivement remise en cause et pourtant récupérée à leurs fins par des féministes. Au xxie siècle, la naturalisation des sexes retrouve de la vigueur à des fins opposées.

Soldat devant une maison close à Paris, photographie d’Eugène Atget (avant 1927).
Auteur-e-s: 

Le réglementarisme est un système de contrôle étatique de la prostitution (maisons closes, inscription administrative des filles, visite sanitaire, contrôle policier) initié en France à partir de 1800 et répandu dans toute l’Europe au xixe siècle sous la dénomination de French System, puis progressivement supprimé, entre la fin du xixe et le milieu du xxe siècle, sous la pression de l’abolitionnisme et de la lutte contre la traite des Blanches. Lui succède un néoréglementarisme.

Jeton de la maison close "Divertissement des belles poules", rue Blondel à Paris.
Auteur-e-s: 

Le lexique de la prostitution rend compte autant de la réalité sociale de ce phénomène que des multiples manières dont il peut être constitué en problème public. Désigner par un terme commun les personnes qui vivent de la vente de prestations sexuelles contribue non seulement à les constituer en groupe distinct mais également à suggérer un rapport particulier à la norme et, plus globalement, au monde social.

Portrait photographique de Joséphine Butler. 
Auteur-e-s: 

L’abolitionnisme est un mouvement européen, né en Angleterre vers 1869, prônant la suppression du réglementarisme. En son sein cohabitent des prohibitionnistes, partisans de la fin du réglementarisme et de l’interdiction de la prostitution, et des abolitionnistes, opposés uniquement à la prostitution réglementée. À la fin du xixe siècle, l’abolitionnisme étend son champ d’action à la lutte contre la traite des Blanches. Au xxe siècle, le réglementarisme étant aboli, ce terme désigne, le plus souvent, les opposants à toute forme de prostitution. 

Pages

S'abonner à RSS - sexualité