La diplomatie sous la Révolution ou l'histoire d'une réécriture (XIXe-XXIe siècles)

-A A +A
Réalisé à partir de l'article EHNE : 
La diplomatie sous la Révolution ou l'histoire d'une réécriture
Virginie MARTIN
Présentation : 

Contrairement aux poncifs historiographiques qui ont fait de la période révolutionnaire une parenthèse de vide diplomatique, la diplomatie sous la Révolution se décline en trois temps bien distincts : alors qu’elle demeure presque intangible sous la monarchie constitutionnelle (1789-1792), la diplomatie française est d’abord une diplomatie structurellement empêchée au début de la République (1792-1795), avant d’être progressivement militarisée sous le Directoire et le Consulat (1795-1804). Par conséquent, si la pratique diplomatique républicaine s’est d’abord distinguée par un réel art du compromis, elle se singularise ensuite autant par son intransigeance dans sa défense de la dignité nationale que par sa volonté de négocier en fonction de l’intérêt réciproque de la nation française et des peuples européens. Cette diplomatie de la souveraineté nationale ne saurait donc se confondre avec un véhicule de propagande révolutionnaire : plus qu’un « art de négocier » au service des princes, elle est redéfinie et réévaluée comme une véritable science des intérêts nationaux européens.