Ruines et vestiges au temps des humanistes. La redécouverte des ruines de Rome (xve siècle)

-A A +A
Réalisé à partir de l'article EHNE : 
Ruines et vestiges au temps des humanistes
Clémence REVEST
Présentation : 

L’étude et la représentation des vestiges antiques de Rome occupent une place centrale dans l’émergence des modèles culturels et artistiques de l’Europe de la Renaissance. Les humanistes développent, à partir de la fin du xive siècle, un ensemble de méthodes savantes (épigraphiques et topographiques notamment), qui fondent une approche proto-archéologique des ruines. La « science des vestiges » va de pair avec une fascination esthétique qui influe durablement sur la redéfinition des canons et des thèmes de la pratique artistique. L’observation des vestiges est l’une des inspirations majeures de la genèse de l’architecture « classique », tandis que la ruine devient un motif récurrent de la peinture européenne à partir de la fin du xve siècle. Enfin, cette redécouverte est ancrée dans un puissant imaginaire, qui confère une valeur mémorielle et politique aux vestiges romains. Les humanistes, en particulier, font de la ruine un avertissement de l’Histoire et formulent une idéologie patrimoniale dont le pouvoir pontifical du quattrocento est le premier promoteur.